David Gaudu en de Groupama-FDJ à la hauteur à Vaujany

Entouré van een opmerkelijk verzamelobject bij de septième étape du Critérium du Dauphiné, de première in de Alpen, David Gaudu een âprement bataillé face aux tous meilleurs coureurs de l’épreuve ce samedi. Dans la montée finale, il a simplement dû laisser filer trois hommes dans les tous derniers hectomètres avant de s’octroyer la septième place du jour, quarante seconden derrière le vainqueur en échappée Carlos Verona. Le grimpeur breton se hisse ainsi à la sixième place du classement général, à 1’40 van de nieuwe maillot jaune Primoz Roglic, mais à seulement seize seconds du podium. Le tout à la veille du dernier acte, vers le Plateau de Salaison.

« C’était génial de mettre la pression dans la Croix de Fer », Michael Store

Depuis dimanche dernier, les grimpeurs n’attendaient que ça. Het grand weekend alpestre était sur le point de débuter, au départ de Saint-Chaffrey, avec un apéritif pour le moins corsé. Het is een resultaat van de hemelvaart van de legende Col du Galibier op de septième étape du Critérium du Dauphiné, op 134 kilometer afstand, op de coups van 13 heures. Kom naar de volgende dag, een cursus voor onbeleefdheid en bestaansredenen voor wat betreft de wielersport, de fietser van Groupama-FDJ is het meest actief. De très nombreuses offensieven op allors fait irruption avant que plusieurs grappes de coureurs ne parviennent à s’extirper. Au sein de l’une d’elles : Bruno Armirail, de retour à l’attaque au lendemain de son raid vers Gap. Après un bel effort dans la première heure de course, l’Occitan est même passé en sixième position au sommet du Galibier avant d’intégrer définitivement une échappée de dix-neuf hommes. Celle-ci n’a toutefois jamais bénéficié d’un avantage conséquent en raison de la présence d’hommes dangereux en son sein. Au pied de la deuxième ascension du jour, la non moins célèbre Croix de Fer (29 km à 5%), l’avance de Bruno Armirail en de ses compères était ainsi inférieure aux trois minutes. En gestion dans un premier temps, het peloton een finale hausse le rythme dans le dernier tiers de la montée, avant que l’équipe wielrenner Groupama-FDJ elle-même ne vienne aux commandes, à environ cinq du kilomètres.

Olivier Le Gac, Valentin Madouas en Kevin Geniets met alle premiers à embrayer. « C’était une belle étape de montagne, et chacun avait besoin de savoir o il en était après cinq premiers jours où on a vu que ça allait plutôt bienbetekent Thierry Bricaud. Op voulait savoir si les jambes répondaient en montagne. Op est au dauphiné pour all chercher un résultat mais aussi pour prendre de bons automatismes. C’était l’occasion ». « Op een pris des risques, lank David. Si on n’en prend jamais, op n’y arrivera pas. J’étais en confiance après ma victoire. Op voulait faire les chooses bien et l’équipe marchait fort. Op een donc décidé de prendre la course en main et de durcir. Si on ne l’avait pas fait, on risquait aussi d’emmener un gros groupe à l’arrivée. Over een essay de destabiliser un peu la Jumbo-Visma ». « C’était génial de mettre la pression dans la Croix de Fer aujourd’huidoor Michael Storer. Peu d’équipes avaient des coureurs assez forts pour tenter quelque koos ». Het werk van de sape des équipiers en d’ailleurs permis de réduire het peloton tot een kleine trentaine d’unités en d’éjecter de maillot jaune Wout van Aert. Au sommet, une quinzaine de coureurs seulement composait encore le «peloton», inclusief David Gaudu en Michael Storer qui retrouvaient… Bruno Armirail au moment de basculer. « Het is niet meer dan een grande journée hier, meer informatie over de geschiedenis van de hasardPointait Thierry. Il a té utile dans le final. a a été un bon relais pour finir le travail qu’avaient effectué les équipiers un peu avant».

« Op peut être fiers », David Gaudu

L’Occitan een ainsi mené le train du groupe des favouris pendant une partie de la descente, avant de prendre les rênes à l’approche de la montée finale vs Vaujany (6 km à 7%), que le «peloton» a entamé avec 1’30 de retard op Carlos Verona. Bruno Armirail is een aandrang tot quatre kilomètres du but avant de laisser le relais à Michael Storer, qui a imprimé un tempo soutenu pendant un kilomètre supplémentaire. Puis, la bataille entre les principaux favouris s’est enclenchée. David Gaudu’s eerste optreden voor een eerste offensief van Jonas Vingegaard, à l’instar de six autres concurrents, mais le Breton n’a rien pu faire lorsque Primoz Roglic is passé à l’attaque à environ 1500 la mètres. Le grimpeur tricolore een serré les dents en poursuite en een finale coupé la ligne en septième position, à vingt-sept seconds du Slovene. « Je me sentais plutôt bien, puis les jambes ont parlé dans le final, commentaar David. Je kunt je tout voor de tout quand laten zien, meer dan 200 meter voor basculer dans les roues. Dit is het beste wat je kunt doen voor een première cursus par étapes. C’est plutôt bemoedigend pour la suite. L’équipe a fait un grand travail, et je les remercie. Je suis déçu de ne pas avoir pu conclure, mais je pense qu’on a couru comme il le fallait. Op était encore trois au pied de la dernière ascension, op avait mis Bruno dans l’échappée. Dans le peloton, les gars on fait un super boulot. Olivier, qui n’est pas un grimpeur de base, s’est écarté quand il n’y avait plus que 40 mecs. Op n’a pas à rougir. Op peut être fiers de ce qu’on a fait aujourd’hui. Peser sur une course WorldTour en équipe, ça fait plaisir».

« Op een essay de mettre des chooses en placecompleet Thierry. Il ya encore un peu de travail, mais ça va dans le bon sens. En face, als je de concurrence wilt zien, en je kunt niet meer zien dan de monde rentre de stage, die je kunt zien aan de Tour en de loin. Op est dans les temps de passage pour juillet, et c’est plus qu’intéressant ». Het laatste boeket van David Gaudu heeft een vervolg op de algemene rangschikking van het eerste seizoen, op 1’40 van Primoz Roglic mais à seize second se plement . « Demain est un autre jour, avec une nouvelle montée difficile, et différente, glissit david. On ne va rien lâcher et on va essayer de réaliser de belles chooses. « Ce sera une étape à peu près identique à celle d’aujourd’hui, concluderen Thierry. Op montera moins haut mais elle sera aussi dure, voire plus. C’est une étape piège typique de fin de Dauphiné. Op n’est pas à l’abri de surprises». « C’était agréable de faire ce travail d’équipe aujourd’hui, et pourquoi pas le refaire demain, souriait Bruno. Personnellement, ça allait beaucoup mieux aujourd’hui et j’espère que je progresserai encore d’ici demain. Op va tout donner. David n’est pas loin du podium, alors pourquoi ne pas l’y faire monter ! »

Leave a Comment