La Formule 1 a trouvé son barnum américain


Portée par un record d’audiences pour la dernière saison de sa série Rijd om te overleven sur la Formule 1, de géant du streaming Netflix va rempiler pour une cinquième et une sixième saison, on annoncé jeudi la plateforme vidéo et le promoter du championnat du monde, Formula One.

« La série a gagné en popularité au fil du temps, la saison 4 (sortie en mars, NDLR), een atteint la plus groot publiek à ce jour, deelnemer aan de Top 10 hebdomadaire dans 56 pays », ont expliqué les deux organismes dans un communiqué conjoint. Een opportuniteit voor het openen van de vijandelijke week-end van de Atlantische Oceaan, in Miami voor een formule met een toujours peiné à s’implanter aux États-Unis.

Meer informatie over de nieuwe eigen américain van de Formule 1, Liberty Media, de keuze voor de verandering. La serie Rijd om te overleven de Netflix een permis à une discipline volontiers ésotérique de briser les barrières en atteindre le grand public en les jeunes générations. Avec des publieksrecords en nieuwe cursussen in Amerika en kalender, niet het premiere Grand Prix de Miami ce weekend, de Formule 1 zonder jamais été aussi populaire aux États-Unis.

Dans un pays où le sport mécanique est très implanté, avec les disciplines maison IndyCar en Nascar, la Formule 1 een longtemps joué à “je t’aime, moi non plus” avec l’Amérique. Mais ces dernières années, la lune de miel se confirme.

Au program depuis 1959 de la Formule 1, les États-Unis ont été absents du calendrier à plusieurs reprises. De retour van 2012 in Austin, in Texas (23 oktober vorig jaar), in de F1 in Miami (Floride) op een nieuw terrein van jeu avec, op een schone, op commerciële basis: alle plaatsen op de markt cher)… en moins d’une heure !

Et la discipline ne compte pas s’arrêter là: bestemming Las Vegas in 2023, pour une troisième course au calendrier.

« C’est vraiment incroyable de voir que nous avons réussi et qu’il ya un amour croissant aux États-Unis », s’est réjoui Lewis Hamilton (Mercedes), zevenvoudig kampioen van de wereld, qui voyait au dére un de sa « fossé entre les États-Unis et le reste du monde, en termes de passion.”

Publiek op zénith

Het tournant remonte à 2017, quand le groupe americain Liberty Media een acquis les droits commerciaux de la F1, faisant des Etats-Unis l’un de ses marchés prioritaires. Le sport s’est modernisé, rajeuni, via les réseaux sociaux en Netflix. Résultat, les audiences au pays de l’Oncle Sam ont connu un record historique en 2021. La saison a rassemblé en moyenne 934 000 televisiekijkers par course, soit 54% de plus qu’en 2020 en très au-dessus du précédent record (748 000 en 1995).

De GP des États-Unis a accueilli un record de 400 000 toeschouwers in 2021 en een geregistreerde meilleure audience de l’année, avec une moyenne de 1,2 million de téléspectateurs sur ABC, malgré matt le décalage horaire pet (diffusion) au .

Voor het laatste duel tussen Max Verstappen en Lewis Hamilton à Abou Dhabi, près d’un million d’Américains étaient au rendez-vous, contre 523 000 en 2020 pour la même course.

Cette croissance « een eu des conséquences plus belangrijke qu’une augmentation du nombre de fans », nota op SportBusiness.com Lizzie Isherwood, de l’agence CSM Sport & Entertainment, specialist in marketing.

« D’un point de vue commercial, nous assistons à une proliferation de marques américaines en F1 », explique-t-elle, estimant que sur les 127 accordes de sponsoring dans l’ensemble du paysage F1 l’année dernière, près de 40 % met een definitief besluit van de marques bases aux États-Unis.

Monaco of Las Vegas, de roulette de la légitimité

Le calendrier colonisé, le public conquis, il ne reste plus qu’à avoir des acteurs «made in USA». Auto actuellement, de Formule 1 ne compte qu’une seule équipe américaine – la bescheiden Haas, dernière en 2021 – et aucun pilote. Le dernier Américain titré remonte à 1978 met Mario Andretti.

De dynastie Andretti heeft een eerlijke bril met een nieuwe naam en F1 puisque le fils, Michael Andretti, oude piloot van de F1 en eigenaar van de écurie éponyme d’IndyCar, cherté gré. Avec potentiellement un pilote américain, Colton Herta, devenu en 2019 le plus jeune vainqueur d’une course d’IndyCar.

Mais cette conquête de l’ouest ne se fait pass sans remous. Bepaalde circuits européens historiques se voient menacés. De GP de France, de Monaco ou de Belgique, de majeures en historiques, niet pas een toegift van F1 voor 2023 en latere zekerheden van nieuwe pretendants.

Concurrencés par les nouveaux venus américains, d’Asie et du Moyen-Orient – ​​​​qui paient leur arrivée au prix cher (55 miljoen dollar voor een pour l’Arabie saoudite contre 15 seulement pour Monaco, selon la presse spécialisée circuits) – voient émerger l’idee d’une alternance, een année sur deux, pour ne pas disparaître totalement.

« Évidemment, il ya des intérêts financiers à aller dans des nouveaux endroits, au final la F1 est un business. Mais pour nous (…) c’est notre passion », sorry récemment l’expérimenté pilote Sebastian Vettel. « Ce serait verschrikkelijk de perdre bepaaldes des circuits », verklaarde de viervoudige kampioen van de monde, appelant à « een melange d’exploration, mais aussi de préservation des lieux qui on une histoire ».

Piloten banden

La relation de la course aussi change de nature, la coulisse revêtant au moins autant d’importance que le direct. Depuis la saison 2018, Netflix, connu pour ne pas divulguer ses audiences, filme les à-côtés de la catégorie reine du sport auto. Lors de la dernière saison, la série-documentaire en notamment suivi l’intense lutte pour t titre andtre le Britannique Lewis Hamilton en le Néerlandais Verstappen, meer van een weigering minder interviews en anté à laé que Netflix, rivaliteiten.

Verstappen volgt het vervolg van de serie: zoon coéquipier chez Red Bull Sergio Pérez estime, lui, que la dernière saison est “waarschijnlijk alle trop loin” in de dramatisering van de F1.

« Je pensais vraiment qu’ils avaient la meilleure saison de Formule 1 (sur laquelle travailler) et j’ai l’ai l’impression qu’ils on probablement raté une partie de l’histoire dans la façon ils l’ont présentée», a lees de Mexicain op de Amerikaanse site ESPN. Suffisant pour faire réagir Netflix à l’avenir ?

Leave a Comment