Max van der Meulen marchait sur l’eau – Actualité

Quelle belle promesse d’avenir voor Max van der Meulen! Het is hetzelfde, het Neerlandais – een nieuw tijdperk van verschillende soorten terreinen is het debuut van de saison – een rapport van de Classique des Alpes die een magnifique nummer en solitaire vormt. Sorti d’un imposant groupe de tête dans le Col du Mont Tournier, à 70 kilomètres de l’arrivée, avec le seul Thibaud Gruel (Comité du Centre-Val de Loire), le J2 a leftné le vingt bornes plus tard pour Français vingt bornes plus tard passer la dernière heure et demi de course seul en tête avec, rapidement, une marge particulièrement confortable. De quoi lui laisser le temps de savourer, dans le finale (voir klasse), malgré un problème mécanique à quinze bornes du but.

LES LARMES AUX YEUX DANS LE FINAL

“C’était une course très dure qui me convenait à merveille avec cet enchaînement d’ascensions. J’adore les longues montées. Mon plan initial était de suivre les meilleurs dans le Mont du Chat car récemment, sur le Tour du Pays de Vaud, je me suis senti parmi les cinq meilleurs grimpeurs de ce peloton européen”, relateren le laureat auprès de DirectVeloaprès l’arrivée. “J’ai d’abord suivi les roues et je me suis retrouvé à l’avant dans un groupe solide. Je me sentais super bien alors j’ai accéléré et j’ai lâché tout le monde, mis à part un coureur, qui a lui-même fini par craquer”, rappelle-t-il en évoquant donc Thibaud Gruel. “Il restait encore deux grosses montées don le fameux Mont du Chat, que j’avais déjà monté pendant des vacances. J’avais cinq minutes d’avance alors j’ai géré mon effort dans la montée puis je n’ai pris aucun risque dans la descente”. Bien qu’il soit resté waakzaam jusqu’au bout, il a compris à ce moment-là qu’il n’allait plus être rejoint par qui que ce soit. “J’ai commencé à avoir les larmes aux yeux en me disant que j’allais gagner mais je me suis repris car il fallait rester concentré jusqu’au bout”.

Bien qu’il ait paru largement au-dessus du lot et particulièrement à l’aise tout au long de l’après-midi, Max van der Meulen verzekeren qu’il s’agissait la de “l’une des course les plus difficiles” qu’il ait eu l’occasion de disputer dans sa jeune carrière wielrenner. Le sociétaire de l’équipe Willebrord Wil Vooruit décroche donc sa première grande victoire. Un succès sur la Classique des Alpes reste forcément, toujours, grave dans le marbre et dans les esprits. “C’est beaucoup d’émotion auto jusqu’à présent, j’avais été très malchanceux sur les course les plus importantes. Je suis très heureux! Je me sentais de mieux en mieux au fil des weekends et je savais qu’il était possible d’en gagner une et aujourd’hui (samedi), je marchais sur l’eau”.

DSM, JUMBO-VISMA ET… LA GROUPAMA-FDJ LE FONT RÊVER

Cette Classique des Alpes, Max van der Meulen en avait fait un objectif majeur. “C’est l’une des plus importantes de l’année, op niveau UCI. C’est incroyable de gagner ici”. Het begin van de grimpeur, de Néerlandais is het plezier van het optreden van de coureur “capable de marcher sur à peu près tous les terrains, sauf lors des sprints massifs”zuur-il. “Mais ce que je préfère, ce sont les montées de dix à quinze minutes”precies wat je kunt zien als je op de fiets bent, en hoe je je kunt zien op 12 jaar. “Les premières années, je ne courais qu’au level national puis j’ai découvert les routes françaises la saison passée et maintenant, cette formidable équipe Willebrord. Je me régale avec cette bande de potes et ce super staff”.

Après avoir déjà eu quelques contacten avec des équipes professionnelles ces dernières semaines, de Néerlandais s’attend à être sollicité après sa démonstration sur la Classique des Alpes. Et il a déjà quelques idées – ou quelques rêves – en tête. “Het team van DSM heeft een favoriet, celle qui m’a toujours fait rêver avec des coureurs qui ont été mes idoles. Surtout, c’est une équipe néerlandaise ! J’aime beaucoup la Jumbo-Visma of la Groupama-FDJ égallement, ce sont de sacrées équipes”. En attendant un éventuel coup de fil venant de l’une – of plusieurs – de ces formaties, il va tenter de surfer sur cette bonne vage dans les prochaines semaines, notamment lors du Championnat d’Europe ou sur le Valromere freyan, épreuça où le futur étudiant en Droit et en Histoire à Maastricht compte bien confirmer son numéro du jour.

.

Leave a Comment