Une quatrième place rageante pour Attila Valter

Ce vendridi vers le Sanctuaire de Castelmonte, à l’avant-veille du terme du Tour d’Italie, Attila Valter een eu une réelle opportunité d’ouvrir son compteur dans les Grands Tours. Après s’être glissé dans l’échappée grâce et avec Clément Davy, l’ancien porteur du maillot rose a pu batailler pour la victoire dans les ultimes reliefs. l’approche de la ligne, il était toutefois encore accompagné de quatre coureurs, et un dernier virage serré l’a empêché de défendre ses kansen jusqu’au bout. Il a franchi la ligne en quatrième position, forcément quelque peu amer.

À deux jours de l’arrivée finale à Vérone, la montagne refaisait son verschijning ce vendridi sur les routes du Giro. Le grand col de Kolovrat à la frontière slovène faisait figure d’épouvantail dans cette journée qui démarrait néanmoins par près de soixante-dix kilometers plutôt plats. Sur cette portie extrêmement rapide, la bataille a de fait de nouveau été rude dans les premières minutes, mais Clément Davy en Attila Valter op réussi à flairer le bon coup après milieu dix kilomètres de course. Het is een combinatie van een groep die zich verenigt met een snelle, eerlijke en kleine avant d’entamer en een hanger van een kilometres supplémentaires avec le peloton. « Je dois avant toute koos remercier Clément, drong Attila aan. Sans lui, je n’aurais pas pu intégrer une échappée comme celle-ci. Een presque en dernière position du peloton quand il m’a this the prendre sa roue, et il m’a presque immédiatement déposé dans l’échappée. C’était incroyable. Il m’a vraiment mis dans une position parfaite aujourd’hui ». À l’avant, les deux hommes de la Groupama-FDJ on trouvé la compagnie d’Edoardo Affini, Koen Bouwman (Jumbo-Visma), Andrea Vendrame (AG2R-Citroën), Alessandro Tonelli (Bardiani-CSF), Magnus Cort (EF ) Education-Easy Post), Davide Ballerini, Mauro Schmid (Quick Step-Alpha Vinyl), Tobias Bayer (Alpecin-Fenix), Fernando Gaviria (UAE Team Emirates) en Edward Theuns (Trek-Segafredo)). « C’était ideaal, verzekert Benoît Vaugrenard. Beschikbaar Clément pour accompagner Attila, et tous les coureurs étaient très loin au général. Op savait que ça allait prendre du champ ».

« J’avais confiance dans mon sprint », Attila Valter

Effectiviteit, het is een goed moment om te profiteren van een paar minuten van het peloton en een beslissing te nemen over een trein plus soutenu. « C’était un confort d’avoir Clément devant, martelait Benoît. Il a passé les premiers cols, puis on lui a demandé de rouler pour reprendre quelques seconds avant l’avant-dernière ascension pour démotiver un peu les Bora-hansgrohe qui chassaient. C’est ce qu’il a fait et le groupe a repris trente seconds. Coup de chapeau à Clément, qui a été très solid aujourd’hui ». De jeune Mayennais is alors écarté au pied de la grande montée de Kolovrat (10 km à 9%), et le groupe de tête n’était bientôt plus composé que de quatre unités, dont Attila Valter. « Je me sentais vraiment bien, parmi les plus forts, mais il restait encore trop de chemin à parcourir pour s’isoler», disai le Hongrois. Il a alors rallié le sommet aux côtés de Bouwman, Tonelli et Schmid, puis Vendrame a fait son retour dans la descente menant à l’ultime moeilijké du jour. Après une dizaine de kilometres dans la Vallée, les échappés on donc abordé l’ascension du Sanctuaire de Castelmonte (7,3 km à 6%), meer van de premières pentes, un jeu du chat en de la souris installés. Tout cela étant permis par l’écart encore conséquent sur le peloton. Het is niet meer dan een kilometres que de timides attaques op debuut en tête, et de manière surprenante, le quintette s’est donc présenté groupé pour un sprint. « Dans le final, je pense que nous étions tous plus ou moins du même niveau, bevestigen Attila. C’était difficile de faire la différence, c’est pour cela qu’on s’est beaucoup observé. Op een peut-être un peu trop joué. J’ai essay d’attaquer une ou deux fois, mais j’ai vu que Bouwman était très fort. Je savais que tous étaient très rapides mais j’avais aussi confiance dans mon sprint car j’avais de bonnes jambes».

Le jeune Hongrois n’a toutefois pu complètement s’exprimer puisqu’ayant tiré tout droit, dans de sillage de ses concurrents, dans le dernier virage à 75 meter de la ligne. peine se relançait-il vers la ligne que Koen Bouwman célébrait sa victoire. « C’était un final piégeux, avec ce dernier virage à gauche à quelques mètres de l’arrivéeexpliciet Attila. Heureusement qu’il n’y avait pas de barrières ou l’on aurait lourdement chuté avec Andrea Vendrame ». Le grimpeur de la Groupama-FDJ een ainsi passé la ligne frustré, en quatrième place. « a se toenadering, mais j’aurais vraiment aimé gagner aujourd’hui, glissit-il. Het is een goed moment, je hebt een eerlijke inhoud en meer resultaat, je hebt meer kans op een overwinning op de overwinning en er is geen kans meer op kansen”. « Je pense qu’on est simplement battus par plus fort, concluderen Benoît. Het is een goed idee voor de dag van de deceptie, het is een goed moment dat u kunt zien op de dag van de Grand Tour. Cela étant dit, op een gagné trois étapes, op een roulé toute la journée hier, op en avait encore deux sur douze devant aujourd’hui. C’est plus que positif. Gagner aujourd’hui aurait été la cerise sur le gâteau mais on est tombés sur plus fort ». Enfin, de reste du groupe a bien terminé dans les délais ce vendredi, et tâchera d’en faire de même ce samedi dans le dernier grand acte montagneux avant d’atteindre Vérone.

Leave a Comment